Rétrospective et perspectives

2016 – une année d’amères pilules pour le personnel de la Confédération
 
Ce qui a commencé en 2015 …
L’année 2015 déjà fut placée sous le signe des mesures d’économies. Au chapitre du
personnel et dans le budget 2016, on a effectué des réductions de 133 millions de francs au
total : 50 millions par la réduction des crédits pour le personnel, liée à une suppression de
postes ; 53 millions par la renonciation à des mesures générales de salaire pour l’année
2016 et 30 millions par l’adaptation des conditions d’emploi. La progression individuelle du
salaire en particulier a été fortement freinée. En plus, le Conseil fédéral a été obligé de geler
les effectifs du personnel de la Confédération au niveau de 2015, soit 35‘000 postes. Ce
plafonnement des postes est valable pour une durée indéterminée.
Dans ces conditions, des nouveaux postes ne peuvent encore être créés que par une
compensation interne. La pression pour introduire des mesures visant à l’augmentation de
l’efficience de l’administration – réformes touchant les structures et les processus – va
fortement augmenter.
 
…s’est poursuivi en 2016 …
Par le biais du programme de stabilisation 2017-2019 du 25 mai 2016, le personnel de la
Confédération a été prié de passer une fois de plus à la caisse. La participation de
l’employeur au financement de la rente transitoire entre 60 et 62 ans va être supprimée. En
outre et jusqu’à la fin de l’année 2017, 500 à 700 postes seront supprimés dans
l’administration fédérale. 5’000 assuré(e)s auprès de l’assurance militaire doivent s’attendre
à des augmentations massives de leurs primes.
 
En 2017 également et sur la base de la situation financière difficile de la Confédération et du
renchérissement négatif prévu pour 2016, les collaboratrices et collaborateurs de
l’administration fédérale ne reçoivent
aucune augmentation du salaire réel et aucune compensation du renchérissement: gel salarial en conséquence.
Contre la volonté du Conseil fédéral et dans le cadre du budget 2017, une réduction des charges de personnel de
50 millions de francs a été décidée, ce qui implique une nouvelle suppression de 370 postes.
Les décisions du Parlement, à savoir des contradictions totales Toujours davantage de prestations sont également liées à une suppression de postes. La
majorité au Conseil National décide en permanence de nouvelles dépenses, confie à la
Confédération de nouvelles tâches qui doivent être assumées ensuite avec moins de
personnel. Que voilà une belle contradiction! Par contre, cette majorité n’est pas unanime
face aux prestations auxquelles l’on devrait renoncer. En la matière, elle se limite à charger
le Conseil fédéral de procéder à des réductions forfaitaires des coûts de personnel.
 
Perspectives défavorables pour 2017
En ce qui concerne le programme de stabilisation 2017-2019 et contre la volonté du Conseil
fédéral, le Conseil national veut continuer à économiser à chaque fois, au cours des années
2018 et 2019, 100 millions de francs dans le domaine propre de l’administration fédérale.
Quoique le compte d’Etat 2015 eût bouclé avec un excédent de 2,3 milliards de francs et que
la projection 2016 part d’un excédent de 2,2 milliards de francs, le Département fédéral des
finances (DFF) s’attend comme auparavant à un déficit structurel élevé pour 2018. Les
mesures d’économies demeurent un thème, cette année également.

Au 1
er
janvier 2015, la
Caisse de pensions PUBLICA
a baissé le taux d’intérêt technique à
2,75 % et le taux de conversion à 5,65 %. Au printemps 2017, la commission de la caisse va
prendre une décision sur une nouvelle baisse de ces paramètres techniques au 1er juillet
2018. Les mesures prévues tombent à une époque dans laquelle l’employeur dispose de
peu de marge de manœuvre pour se montrer complaisant envers son personnel.